COMMUNIQUÉ DE LA LCR : MUNICIPALES D'AVIGNON

Publié le par LCR 84

 undefined

Cher/es ami/es et camarades, Il y avait nécessité et possibilité sur Avignon, de créer une surprise, une vraie et bonne surprise : une liste de combat envers la droite, ancrée dans les mouvements sociaux, attachée à s'opposer systématiquement au libéralisme et à ses violences, y compris dans l'action et dans la rue, en marche pour une rupture avec les errances sociales libérales antérieures. Cette liste, elle était espérée par les militants de la LCR bien sûr, mais aussi et beaucoup par ceux du PCF, du mouvement social, par de très nombreux électeurs, jusque dans le PS certains l'auraient applaudie. Mais voilà, une telle liste pour être crédible se devait d'afficher une rupture sans confusion non seulement avec les politiques mais aussi avec les alliances passées. Cela n'aurait pas empêché au second tour de faire un accord de proportionnelle à gauche y compris avec le PS pour que tout le monde soit représenté dans une liste décidée à chasser Roig. Notre liste commune y aurait été indépendante de la gestion du PS si celui-ci avait été majoritaire, son opposition de gauche, elle aurait imposé sa politique au PS avec les associations, les militants et les luttes avignonnais si par contre elle avait été majoritaire. Elle aurait donc été présentée et fondée sur une dynamique, une vraie, issue d'une rupture, une vraie : visible et prouvée. Pour cela il fallait que le changement en soit un, un vrai, visible et prouvé, qui s'affiche comme tel.
1° Donc un programme qui entre en dissidence avec les logiques institutionnelles que respecte hélas le Conseil général au détriment par exemple des allocataires du RMI.
2° Donc un engagement de deuxième tour qui exclue d'aller à la cogestion avec le Parti socialiste et tout compromis qui fait le lit du social libéralisme.



3° Donc un affichage qui affiche cette rupture par la présentation de candidats visiblement indépendants du PS et de ses gestions, une liste militante dégagée des calculs politiciens.

Nul n'était contraint de manger son chapeau ni de démissionner d'un poste, le soutien militant de tous aurait été indispensable, de Castelli à Helle, mais la liste en tant que telle pour offrir un affichage valant engagement de rupture avec le passé, se devait d'être distincte, radicalement distincte des alliances avec le PS et donc de ceux qui, même malgré eux, l'incarnent. Ainsi au lieu de demeurer dans le jeu des personnalités en serions-nous sortis avec une projet cohérent, de personnes nouvelles, un affichage neuf et audacieux. Il nous semblait que, suite à des débats internes au PCF, sa direction avait mandat pour en discuter en particulier avec la LCR, nous n'en avons eu aucune nouvelle, aucune proposition ne nous a été faite. Nous avons dû nous tromper. Nous le regrettons mille fois ! Quel gâchis. La LCR 84

Commenter cet article