300 euros net pour tous.

Publié le par LCR 84

Le projet de loi censé donné du pouvoir d’achat aux salarié, présenté en Conseil des ministres aujourd’hui, est une arnaque. Il se résume à échanger des droits acquis contre de la monnaie. « Monétiser » les RTT c’est tuer les 35 heures et les droits aux jours de repos comme le prévoit une récente circulaire de Infos-Poste. Quant à la fameuse prime de 1000 euros, exonérée de cotisations sociales, elle n’a rien d’obligatoire. Ce sera en fonction du bon vouloir du chef d’entreprise, et peut-être bien à la tête du client. Le président aux 19 OOO euros mensuels voudrait faire croire aux salariés qu’ils peuvent vivre mieux sans augmentation de salaire. Ce tour de passe-passe ne convainc pas les salariés de la grande distribution, à Conforama, qui se mettent en grève, actuellement, pour exiger des augmentations de salaires. Le Comité de liaison de la gauche s’est contenté de reprendre à son compte les propositions du PS à savoir des déclarations d’intention et une énumération de vœux pieux sans aucun chiffrage, ni pour le montant du SMIC, ni pour les autres salaires. Le pouvoir d’achat, avec l’emploi, est une des deux premières préoccupations des salariés. De récentes études ont montré une stagnation du revenu salarial entre 1978 et 2005, un accroissement très important des inégalités en ce qui concerne les revenus. Une augmentation durable du pouvoir d’achat passe une autre répartition des richesses. C’est pourquoi, la LCR réaffirme son engagement en faveur d’une augmentation de 300 euros net pour les salaires, les pensions, les minimas sociaux et d’un SMIC à 1500 euros net . 
Le 12 décembre 2007.

Publié dans Communiqué de la LCR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article